NOUS SUIVRE SUR_

PARTAGER SUR_

La fête des voisines : une parenthèse dans la vie des femmes SDF

La Fête des voisines est une association dont l’objectif est de permettre à des femmes en situation de très grande précarité de soulager leur esprit par des soins du corps.

 

Travailler le corps et le psychisme pour sortir de la rue. C’est la ligne directrice de La Fête des voisines, association dédiée aux femmes sans domicile. « Quand j’ai commencé des maraudes à partir de 2012, je me suis rendu compte de la difficulté d’entrer en contact avec ces femmes. Elles vivent dans la terreur et ont vécu des traumatismes. Leur distribuer des vêtements et de la nourriture est une bonne chose mais ce n’est pas suffisant », raconte Ivan Mouton, président de La Fête des voisines. Ce dernier décide alors, en 2018, de créer une association qui travaillerait « sur le corps et le psychisme » de ces femmes en situation de très grande précarité.

 

Comment ? En s’entourant de professionnels dans les métiers de la coiffure, pédicure, manucure, ou encore de l’ostéopathie, La Fête des voisines propose, à la manière de l’Espace Femmes de l’Agora (Emmaüs Solidarité) des parenthèses dans les vies difficiles de ces femmes pour qu’elles puissent prendre soin d’elles, de leur corps et de leur esprit et qu’elles acceptent, à terme, « un logement et un parcours d’insertion », précise le fondateur de l’association.

 

Après avoir été à la rencontre des femmes dans différents lieux d’accueil, tels que la Halte Femmes ou La Promesse de l’Aube à Paris, La Fête des voisines a étendu son champ d’action et a organisé avec une poignée de bénéficiaires, en septembre 2020, son premier « séjour bien-être », dans le Loir-et-Cher. « Une expérience très intéressante avec une mobilisation de tout le département : des professionnels du soin et producteurs locaux ont apporté à ces femmes des soins du corps mais aussi du miel, du fromage. Une vraie chaîne de solidarité dont elles ont pris conscience. » Résultats ? Celles qui ont pu bénéficier de cette action « ont commencé à relever la tête et à parler ».

 

Si la première tentative du genre a été un réel succès pour Ivan Mouton, encore faut-il pouvoir la dupliquer ailleurs et assurer le suivi à long terme. « Mon ambition est aussi de construire avec elles une cité idéale, un endroit où elles puissent se fixer, venir plusieurs fois par an, transiter par un lieu pour retrouver leur autonomie. »

Pourquoi est-ce important ?

« 20 à 40% des femmes qui sont à la rue souffrent de problèmes psychiatriques », explique Ivan Mouton. Comme le précise également Camille Perlès, journaliste et ancienne responsable de l’Espace Femmes de l’Agora, les ateliers bien-être dédiés à ces femmes ne relèvent pas de l’occupationnel. « Ils sont essentiels et servent de porte d’entrée vers le reste. » C’est-à-dire vers les démarches administratives, des constitutions de dossier pour ouvrir ses droits, obtenir un logement, un travail et sortir, au bout du compte, de la rue.

 

Pour assurer à ses bénéficiaires comme aux bénévoles un accompagnement sécurisé, La Fête des voisines travaille avec l’association Aurore et est entourée de professionnels du terrain.

Comment participer ?

À ce jour, La Fête des voisines a surtout besoin de bénévoles professionnels dans les secteurs de la santé et du soin, notamment des infirmiers, infirmières, podologues, dermatologues, etc. Ainsi que des artistes afin « d’enchanter certains lieux ».

Vous pouvez également adhérer à l’association.

Coordonnées

Page Facebook
Site internet en reconstruction

    Arièle Bonte

PARTAGER SUR_


Je donne mon avis

EN Découvrir plus
Les dernières vidéos