NOUS SUIVRE SUR_

PARTAGER SUR_

Femmes, SDF, et mixité : l’équation impossible ?

Les structures d’accueil, d’hébergement ou de soins dédiées aux personnes en situation de grande précarité sont souvent mixtes. Or, la majorité de ces lieux sont désertés par les femmes. En cause ? Les violences des hommes y sont quasi inévitables. Pour corriger le tir, Élina Dumont, chargée de mission pour la Région Île-de-France, plaide pour la création de lieux non-mixtes à destination des femmes sans-abris.

 

« J’ai connu les bains-douches non-mixtes. J’y suis allée trois fois. Pas quatre. Je préférais ne plus me laver que d’y retourner. » Élina Dumont, comédienne, chroniqueuse des Grosse Têtes sur RMC, raconte souvent son histoire. Celle d’une enfant de la Ddass (aujourd’hui Aide sociale à l’enfance), qui s’est retrouvée à la rue à sa majorité et a mis plus d’une décennie pour en sortir. Aujourd’hui, la chargée de mission pour la Région Île-de-France, milite contre le sans-abrisme et plus particulièrement sur la question des femmes, qu’elle connaît trop bien.

 

La nécessité des lieux non-mixtes de prises en charge des femmes sans-abris, Élina Dumont la porte dans le rapport « Femmes à la rue » publié au moins d’octobre 2020. Missionnée par la région Île-de-France, la spécialiste y partage plusieurs recommandations pour « prévenir et lutter contre ces situations de grande précarité ». Parmi elles donc, la mise en place d’un « service de prise en charge téléphonique, d’hébergement et d’aide à la réinsertion propres aux femmes », ainsi que le développement de bains-douches « spécifiquement destinés aux femmes ».

 

« Dans les bains-douches mixtes, les hommes repèrent les femmes et les attendent ensuite à la sortie pour les emmerder », raconte Élina Dumont. Le cas du Camion Douche, association basée à Toulouse illustre aussi ce besoin de lieux non-mixtes, notamment quand on touche à l’hygiène.

 

Lancée en 2014, cette association met à disposition, comme son nom l’indique, des camions dans lesquels des personnes sans-abris peuvent se doucher et bénéficier de kits d’hygiène. Les missions du Camion Douche ont été pensées pour un public mixte. « Mais au fil des années, on s’est rendu compte que les hommes prenaient de plus en plus de place et que les femmes ne venaient plus se doucher du fait de la mixité », raconte Héloïse Brière, cofondatrice du Camion Douche. L’association décide donc de corriger le tir et de mettre en route, en mars dernier, un nouveau camion, exclusivement dédié aux femmes. Aujourd’hui, ce dernier trouve timidement son public. « La mise en place sur le terrain se fait petit à petit, car il faut gagner la confiance des femmes. »

 

Des espaces pour reprendre confiance en soi

 

Dans son rapport pour la Région Île-de-France, Élina Dumont rappelle que les femmes ne fuient pas que les bains-douches mais aussi les centres mixtes. « La violence des hommes est telle dans l’univers des centres d’accueil […] que beaucoup de femmes préfèrent renoncer à se voir offrir un répit au sein de ces institutions », écrit-elle. « C’est pourquoi il est important de créer des centres d’hébergement pour les femmes, gérés par des femmes, afin qu’elles puissent jouir d’un environnement sûr, à même de leur redonner confiance en elles, en leur entourage et dans l’institution. »

 

C’est aussi le point de vue de Bruno Morel, directeur général d’Emmaüs. L’association a plusieurs espace spécifiquement dédiés aux femmes. Pour les « protéger des violences de la rue, des violences des hommes mais aussi pour leur donner accès à l’hygiène, et à des espaces qui vont favoriser l’estime de soi et les soins du corps comme de l’esprit », détaille celui qui a constaté une augmentation de la fréquentation de ces lieux. À titre d’exemple, 645 femmes sont passées à l’Agora, un centre d’accueil de jour, en septembre 2020 contre 404 l’année dernière à la même époque.

 

Le retour à la mixité

 

Il faut bien comprendre que la non-mixité n’est pas une finalité dans le parcours d’une femme en situation de grande précarité. Il s’agit d’une étape nécessaire pour avoir accès à des services et se reconstruire, en tant que femme.

 

« Bien sûr qu’aujourd’hui, si je retournerais aux bains-douches, je saurais me défendre et répondre à ces hommes mais il y a vingt ans… », commence Élina Dumont, sans pouvoir terminer sa phrase. Pour elle, la mixité n’est pas possible dans la rue car « hommes et femmes n’y sont tout simplement pas à égalité pour s’en sortir ». Les femmes y sont plus fragiles, car considérées comme des proies et leurs corps, des objets.

 

« La rue te fragilise, il faut se reconstruire et pendant la reconstruction, il faut des bains-douches non-mixtes », martèle Élina Dumont. « Les lieux non-mixtes sont importants pour permettre aux femmes, comme aux hommes, de se reconstruire et d’apprendre. Une fois que tu es réparée, après plusieurs années, la mixité peut revenir… peut-être », poursuit la comédienne qui, aujourd’hui encore, préfère par exemple être soignée par des femmes uniquement . « Pas à cause d’une religion, mais à cause de ma vie. »

 

Comment aider les femmes sans-abris ?

 

Aider au financement de structures comme la Maison des Femmes de Saint-Denis en faisant un don via le site internet ou par courrier.

Signer la pétition « Des centres d’hébergement pour mettre les femmes SDF en sécurité » sur Change.org.

Participer à des maraudes qui, pour le coup, peuvent être mixtes, comme le souligne Élina Dumont dans son rapport : « Pour aller à la rencontre des femmes, les maraudes mixtes de proximité, à pied, sont beaucoup plus adaptées et permettent d’aller dans les espaces difficiles d’accès qu’elles privilégient par sécurité : les squares, les ruelles, les caves, les parkings, les locaux à vélo… Les femmes rencontrées lors de ces maraudes mixtes sont davantage en confiance en journée pour entamer un premier dialogue. Les équipes de maraude doivent quant à elles être formées à repérer les signaux faibles qui permettent de se rendre compte très vite qu’une femme a besoin d’aide. Au fond, il est beaucoup plus important de nouer un dialogue avec elles que de leur donner à manger ou à boire. »

    Arièle Bonte

PARTAGER SUR_


Je donne mon avis

Le Camion Douche

Le Camion Douche est une association basée à Toulouse. Elle propose à des femmes précaires et sans-abris de pouvoir se doucher dans des camions aménagés.

Je participe
EN Découvrir plus
Les dernières vidéos