NOUS SUIVRE SUR_

PARTAGER SUR_

États-Unis : une femme sans-abri décède avant d’avoir touché 800.000 dollars d’héritage

Cathy Boone, une Américaine sans-abri d’Asotoria, dans l’Oregon aux États-Unis, est décédée à l’âge de 49 ans sans savoir qu’un héritage de plus de 800.000 dollars l’attendait dans les caisses de l’État.

 

Dans l’Astoria Warming Shelter, un refuge de nuit pour les personnes sans-abris, tout le monde la considérait comme une « femme joyeuse ». Cathy Boone, 49 ans, s’est sédentarisée dans les rues d’Astoria, sur la côte de l’Oregon, pour être proche de sa mère et accompagner sa fin de vie. Lorsque celle-ci est décédée en 2016, l’avocat en charge du dossier de succession a tenté de joindre Cathy Boon, seule descendante, pour évoquer l’important héritage qui lui revenait de droit. Sans succès. La femme sans-abri a disparu sans crier gare, ni laisser de trace. « Elle souffrait de troubles psychiques, et consommait de la drogue. La combinaison des deux lui rendait la vie dure », raconte son père, Jack Spithill, au média KGW.

Des avis de recherche relayés par les médias

Tandis que Cathy Boon erre quelque part dans la rue, sans argent ni téléphone, un héritage de 884.407 dollars (environ 725.000 euros) l’attend dans les caisses de l’État. Malgré des avis de recherche relayés par les médias, sur les réseaux sociaux, des coups de téléphone à la famille, l’Américaine demeure introuvable. En juillet 2019, le juge ordonne le placement des fonds au Department of State Lands (DSL), service étatique affairé aux héritages non réclamés. C’est ici que le pactole attend la bénéficiaire qui ne se présentera jamais. Cathy Boon n’atteint pas la cinquantaine et décède en janvier 2020, dans un hôpital où elle a été transférée à la suite de graves problèmes respiratoires. « Je l’ai en quelque sorte abandonnée à son sort, à cause de ses problèmes d’addiction. Je n’aurais pas dû faire ça », regrette Jack Spithill.

 

Cathy Boon était mère de deux enfants. L’État cherche maintenant à savoir si ces derniers pourraient à leur tour prétendre à l’héritage.

    Edgar Sabatier

PARTAGER SUR_


Je donne mon avis

EN Découvrir plus
Les dernières vidéos