NOUS SUIVRE SUR_

PARTAGER SUR_

Caracol, des coloc solidaires entre personnes réfugiées et jeunes insérées

L’intégration par la colocation, c’est l’objectif de Caracol qui propose des lieux de vie temporaires où des personnes réfugiées et des jeunes insérées cohabitent.

 

Lancé en 2018, Caracol prend en gestion des lieux vacants pour promouvoir des colocations solidaires et interculturelles. Les temporalités dites « intercalaires » vont de un à deux ans. Le concept repose sur des loyers bas, une participation des habitantes et habitants aux aménagements et à la programmation du lieu, l’adhésion aux valeurs sociales et écologiques du projet et une autonomie forte dans la gestion courante de l’espace. À ce jour, Caracol a déjà mis en œuvre quatre colocations solidaires de ce type sur le territoire français, à Toulouse, Paris, ou encore la Roche-sur-Yon, et projette d’en ouvrir deux à trois autres sur la capitale au cours de l’année 2021.

 

« L’idée est que chacun contribue à part égale dans la collocation, qu’un échange se crée parmi les habitantes et les habitants, pour que les plus précaires d’entre elles et d’entre eux retrouvent leur autonomie et une véritable sociabilité », explique Élisa Desquet, chargée du développement en Île-de-France chez Caracol. Outre la socialisation naturelle qui naît des instants de partage au sein même de la collocation, les résidentes et résidents réfugiés bénéficient également d’un accompagnement social mené par une ou un professionnel. Ce, dès l’entrée des colocataires dans les lieux et jusqu’au terme de leur séjour.

Pourquoi est-ce important ?

En France, une fois que les personnes réfugiées obtiennent le statut de protection internationale, elles disposent d’une période de trois à six mois pour libérer la place qu’elles occupent dans en foyer ou en centre d’hébergement et de réinsertion sociale, pour trouver un logement plus pérenne. Or, ce délai est souvent trop court.

 

D’après le rapport du député Aurélien Taché, le taux de sortie positif des structures d’hébergement est très faible. En Ile- de-France, la situation est très préoccupante avec un taux de sortie positif de seulement 13,4%. Le modèle de colocation solidaire déployé par Caracol a pour objectif de répondre à ces deux enjeux en favorisant l’accès à un logement stable pour une période connue à l’avance et en facilitant les liens avec de jeunes locaux. Cela permet de favoriser la pratique de la langue, la projection dans un projet de formation ou un accompagnement vers l’emploi mais aussi de lancer des aventures collectives joyeuses et enrichissantes.

Comment participer ?

Pour contribuer au développement de Caracol et rendre possible de futures colocations solidaires, vous pouvez faire un don financier sur le site internet via la plateforme HelloAsso. Vous pouvez également vous investir en tant que bénévole, ou encore, si votre patrimoine vous le permet, en prêtant directement un de vos bâtiments.

Coordonnées

Site Web
Page Facebook
Compte Twitter

Profil Linkedin

    Edgar Sabatier

PARTAGER SUR_


Je donne mon avis

EN Découvrir plus
Les dernières vidéos