Le tapin s’exprime

Saison 6 | La prostitution par ceux qui la vivent | Été 2017

Commentaires

Partages

Likes

Journalistes

Histoires

Heures de Boulot

Le mot de Sans A_

La prostitution en France n’a pas qu’un visage. Pour ceux qui la vivent, il y a des milliers d’histoires. Loin du débat pour ou contre la prostitution, Sans A_ souhaite aller plus loin en donnant la parole aux principaux intéressés. A travers leurs parcours de vie, leurs histoires et leurs expériences dans la pratique d’un métier toujours caché, Chloé, Tony, Anne, Maya, Sofia, Bugpowder, Wendy et Jimmy vous racontent leur quotidien de tapin.

Chloé, pute en lutte

Chloé n’a pas honte de dire qu’elle est une pute. Son travail d’indépendante, elle estime le faire “plus avec sa tête qu’avec ses fesses”. Passée par le militantisme, elle espère casser les préjugés dont sont victimes les travailleurs du sexe. Chloé raconte le métier, les clients mais aussi la vie, à côté. 

4 Questions
que l’on se pose sur la prostitution

Que dit la loi aujourd’hui ? Quels visages de la prostitution en France ? Quel impact économique ? Comment ça se passe chez nos voisins ? Pour mieux comprendre la prostitution, Sans A_ vous répond !

maya, Mon mac

cette ordure

Maya, 20 ans, a été séquestrée pendant plusieurs mois par son mac. Aujourd’hui à l’abri, elle revient sur son quotidien d’esclave sexuelle et sur les conséquences actuelles, notamment affectives, de ce traumatisme.

Bugpowder, pour le plaisir de mes clientes

Bugpowder nous parle de ses clientes, de leurs fantasmes et désirs, rendus tabous par la domination masculine. Plus qu’une manière de gagner sa vie, il considère son métier comme une pierre de plus à l’édifice de la lutte pour l’égalité homme/femme.

Anne, un visa pour le trottoir

Anne a 27 ans, elle est originaire du Nigéria. Alors qu’elle vend des tomates sur un marché d’Abuja, elle est repérée par un réseau de proxénétisme. On lui promet un avenir meilleur en France, des études et un travail. Mais dès son arrivée à Paris en 2009, Anne est forcée de se prostituer pour une maquerelle du quartier Château Rouge. En 2013, elle parvient à lui échapper.

Sofia, engagée pour les doyennes du tapin

Sofia, juriste et ancienne du tapin, porte à bout de bras l’association parisienne Avec nos aînées (ANA), une mini structure d’accompagnement pour les prostituées âgées et précaires. Grâce à l’engagement bénévole de Sofia, l’ANA tient bon sans aucune aide des pouvoirs publics. Engageons-nous auprès de Sofia pour lui apporter notre aide !

Trouvons des solutions ensemble

Rejoindre le groupe de discussions

Tony, quand le pognon pose question

Tony a 25 ans et vit à Lyon. La prostitution, il y est entré pour gagner beaucoup d’argent. Mais après plusieurs années de métier, des dizaines de passes et des liasses de cash, Tony se sent pris dans un engrenage. Il imagine sa vie d’après.

Wendy, rêves européens d’une trans équatorienne

Wendy est née dans le mauvais corps. Depuis son enfance en Equateur, elle se bat pour que sa véritable identité de femme soit reconnue. Dans un pays où l’homosexualité était illégale jusqu’en 1997, Wendy, comme de nombreux transsexuels équatoriens a décidé de refaire sa vie en Europe. Travailleuse du sexe depuis 25 ans, Wendy, installée à Nantes, est aujourd’hui fière de la femme qu’elle est devenue.

Prostitution indépendante: l’imposition, comment ça marche ?

Les travailleurs du sexe peuvent-ils se déclarer ? Paient-ils des impôts ? Ont-ils les mêmes droits que n’importe quel travailleur ? Sans A_ vous répond.

Jimmy, « fils de pute »

Jimmy est un « fils de pute ». Toute sa jeunesse, il l’a passée à subir les moqueries, le sexisme et la honte… Dans son village près de Strasbourg, tout le monde savait que sa mère se prostituait. Son récit, c’est celui des gamins que l’on pointe du doigt, des ombres derrière les hôtels, des enfants de prostituées.

Lettre à coeur ouvert de Jimmy pour la communauté de Sans A_

Chers membres de la communauté de Sans A_
Chers lectrices, lecteurs et amis.
Il n’est jamais évident et on ne reste jamais insensible à lire sa propre vie racontée par des mains inconnues.Il est grand temps pour moi de prendre ma plume pour vous remercier et vous témoigner mon plus profond respect d’être venu jusqu’à moi à Perpignan au fin fond de la France pour essuyer les plâtres de ma vie d’enfance.

Cathy et les hommes à passion

Jeoffrey explique sa démarche : « J’ai connue Cathy en lisant sa biographie Maîtresse Cathy, l’insoumise d’Axel Léotard, qui traînait dans la bibliothèque de ma mère. En découvrant sa vision du métier, j’ai très vite éprouvé l’envie de réaliser un reportage sur l’envers du décor d’un donjon sado-maso et de briser les clichés qui entourent ce milieu. J’ai suivi Cathy pendant une semaine afin de la photographier et de l’interviewer. Ces photos dépeignent ses dernières séances SM avant la retraite. »