Les oubliés de la nuit

Saison 3 | Les travailleurs de galère | Décembre 2016

Commentaires

Partages

journalistes

cafés

Likes

Participez à la solution

Rejoindre le groupe de discussion

Sophie, l’oubliée
de la nuit

Depuis plus de dix ans, chaque jour vers 17h, Sophie attend que son téléphone sonne. Ce coup de fil, c’est l’assurance de pouvoir aller bosser une fois la nuit tombée, à l’aéroport de Roissy. Une décennie d’intérim à se flinguer la santé, à subir les abus de pouvoir, le mépris et le sexisme au travail. Ouvrière de nuit, femme, épouse, maman, l’histoire de Sophie, c’est un peu celle de tous les galériens du travail. De ceux qui subissent pour gagner plus, mais perdent beaucoup. L’histoire d’une battante qui donne tout pour sa famille. Et qui ose aujourd’hui parler au nom des oubliés de la nuit.

Les oubliés de la nuit

Les oubliés de la nuit, ce sont ceux qui bossent pendant que tout le monde dort. Des galériens du travail qui vivent en décalage par rapport au monde, par rapport à leur conjoint, à leurs gosses. Et qui subissent souvent plus de pression de la part des employeurs…

Yann, 12 piges sous terre

Yann taffe la nuit dans les tunnels de la RATP pour qu’une fois le jour venu, nos RER fonctionnent. Ce papa de 43 ans redouble d’efforts pour préserver sa vie de famille.

Malika,en cadence à l’usine

Depuis 25 ans, Malika passe ses nuits en apnée à l’usine de PSA Poissy. De 22 heures à 5h30 du matin, l’ouvrière automobile vit au rythme des gestes cadencés des machines, de la pression des chefs et des carrosseries de bagnoles qui défilent.

Henri, agent en (in)sécurité

Henri dépanne les ascenseurs, secourt les blessés, répare les fuites et éteint les départs de feu. Agent de sécurité depuis 22 ans, il aime son boulot. Mais avec des nuits de 12h, un salaire de misère et des managers qui foutent la pression, Henri ne retrouve plus l’esprit familial qui lui était cher à ses débuts. .

5H du Mat’, retour du travail

Naïma, Guillaume, Ali, Kaddour et Bruno rentrent du boulot avec les premiers RER du matin. On est allés partager un bout de trajet avec eux pour comprendre l’impact du travail de nuit sur leurs vies.

merci à vous !

Un immense MERCI pour Sophie et sa famille. On a une chance pas possible d’avoir une communauté comme vous !
N’oubliez pas que vous pouvez lui écrire des messages qu’on se fera une joie de lui transmettre :).

Bernard, 33 ans de rondes sur l’autoroute

La nuit, Bernard sillonne les autoroutes pour gérer les pannes, les mecs bourrés ou les bagnoles en feu. Secourir les autres, c’est un taf dont il est fier mais qui vire parfois au cauchemar.

JEANJEAN, UNE DEUXIÈME VIE APRÈS LA NUIT

Jean-Claude est ouvrier chez Herta depuis vingt ans. Mari et père de cinq enfants, des rêves plein la tête, il a expérimenté le travail de nuit pendant 8 ans, « pour le pognon ». Un morceau de vie qu’il n’a pas vu passer et qui a bien failli l’achever. Il y a quelques semaines, la médecine du travail le faisait repasser « de jour ». La fin d’un long tunnel, et le début de… la vie, enfin.

Vos réactions

« J’ai découvert une réalité que je ne connaissais pas, avec des mots qui m’ont permis de la comprendre. » Marie