Fous Alliés

Saison 7 | Comprendre la vie avec un trouble psy | Automne 2017

Commentaires

Partages

Likes

Journalistes

Histoires

Heures de Boulot

Le mot de Sans A_

Les troubles psychiques touchent une personne sur cinq dans le monde. Un vrai enjeu de société invisible, intangible et méconnu. Derrière les chiffres, des hommes et des femmes isolés, souvent stigmatisés. Pourtant leurs histoires, leurs combats, montrent à quel point notre société a du mal à accepter les différences. Sans A_ est allé à leur rencontre et c’est avec eux que la rédaction a construit cette nouvelle saison. Des portraits, à lire et à écouter, des textes libres à méditer, des initiatives à découvrir et à soutenir, pour comprendre la vie avec un trouble psy et pour passer à l’action.

Sans A_ priori ?

Sans A_ a pris le parti de penser et co-construire la saison Fous Alliés avec les personnes souffrant de troubles psy.  C’est lors d’un atelier radio qu’ils ont souhaité témoigner des préjugés dont ils sont victimes au travail, en famille, dans les médias. De quoi s’interroger sur l’inclusion dans notre société.

Marco, follement poète

Une nuit, sur l’autoroute, Marco est entré en schizophrénie sur “un coup de folie”. Une maladie qu’il considère aujourd’hui comme une “hypersensibilité, un rapport au monde”. Grâce à sa fille et à son inébranlable optimisme, Marco reconstruit sa vie, avec philosophie. Tout en poésies.

Pierre, les filles

et son secret

La vingtaine passée à se remettre sur pied, Pierre cherche aujourd’hui le grand amour. Comme tout le monde. Mais au premier rencard, allez dire à une fille que vous avez une schizophrénie…

M’en fous chuis fou 


Jean-Marie prend la parole 

Jean-Marie l’assume. Le regard des autres aurait pu le blesser. Mais il a choisi d’en rire. Libre.

Le Clubhouse, le collectif pour rebondir

Pour sortir de l’isolement et retrouver le goût de la vie, il y a le Clubhouse. Un lieu-refuge, où les “membres” sont acteurs de leur rétablissement. Par l’autonomie, la prise de responsabilités et la bienveillance mutuelle, ils se préparent à réintégrer la société de plain-pied.

Marie-Aude, la vie up and down

Institutrice, Marie-Aude a longtemps été une bipolaire qui s’ignore. Des années à traverser les hauts et les bas, à frôler la mort, jusqu’à ce que le diagnostic tombe, enfin.

Du Boulot


André prend la parole

Pour André, “le travail c’est la santé”. Mais il a voulu tout faire. Trop faire.

AnaÏs, les médocs et moi

Prendre ses pilules, chaque jour… Un rituel qui rappelle à Anaïs que, oui, elle est bipolaire. Et si vivre avec le médicament est difficile, vivre sans, c’est impossible.

Philippe, soigné SOIGNANT 

Adolescence toxique et hospitalisations à la chaîne, Philippe a fait de son vécu son métier. Devenu médiateur de santé, il est passé de l’autre côté du miroir, du côté des soignants. Mais pas facile d’avoir le cul entre deux chaises.

De la Révolution

à la Dévolution

 

Joan prend la parole 

Joan voulait la révolution… il a fini à l’isolement, en hôpital psychiatrique.

Olivier, trouver le tempo

Violoniste virtuose, Olivier a passé ces années de conservatoire à 200 à l’heure, “l’âme coupée en deux”. Depuis, les rengaines de psy, il s’en méfie. Il cherche sa propre symphonie, mûrement réfléchie. Un air apaisant qu’il se fredonne quand ça déconne.

Vous avez peur

des schizos ?

Olivier prend la parole 

Si vous rencontrez Olivier, voilà ce qu’il ne vous dira pas.

Marlène, pas de moi

sans toit

Marlène porte mieux que quiconque le dicton “à chaque jour suffit sa peine”. Enfance en foyers, jeunesse en HP, de crise en crise, Marlène s’est enfoncée dans une grande précarité. Alors, avoir un vrai chez soi c’est déjà beaucoup, pour sortir la tête hors de l’eau.

Marche ou crève

Katia prend la parole 

Katia vous révèle ses questions et ses réponses. Un slam fougueux qui tombe et se relève.

Émotions, je vous diS merci

Thaly prend la parole

Conceptuel et ésotérique… le texte de Thaly, c’est un peu sa thérapie.