EMOTIONS, JE VOUS DIS MERCI

PAR THALY, ILLUSTRATION DE MANON BABA

 

LE 16 OCTOBRE 2017

 

Conceptuel et ésotérique… le texte de Thaly, c’est un peu sa thérapie.

Je me fais surnommer Thaly. Je suis handicapée psychique. De niveau Bac +5, je cumule quatre discriminations de notre système : femme, noire, handicapée et précaire. Pourtant je suis encore là.

CLARTE

Je suis une bourrine ! J’organise mon temps au regard de mon humeur et, je n’oublie pas.

Je me rappelle l’absolue nécessité de réaliser mon « Kaïzen » – le petit pas.

Je me rappelle l’absolue nécessité de mon « principal » : mon principal, ce n’est pas d’aller vite ; mon principal, ce n’est pas d’aller lentement ; mon principal, c’est de ne jamais m’arrêter.

« Tomber sept fois se relever huit » pour reprendre Philippe Labro.

Pour la énième fois je renais à moi-même. Aujourd’hui, je sais pourquoi mes émotions se traduisent en actions radicales, me coupant à moi, et au monde.

C’est pour ressentir ma vraie nature. C’est pour être face à moi-même et mettre des mots sur qui je suis.

CALME       

Sept.

Sept fois mes émotions m’ont télécommandée. Depuis, quel chemin parcouru ! Au huitième jour et pour la première fois, j’entends, le centre d’énergie de mon Etre Intérieur … Au niveau de mon ventre, mon Vide – et non le Rien – m’interpelle et, je comprends la nécessité absolue de la maîtrise de moi-même.

Sept.

Sept fois avec mes émotions m’isolant de l’autre et dégradant plus encore la mésestime de moi-même. Au huitième jour, j’accepte vouloir être aidée, pour les canaliser.  Et, je me rappelle et écoute en boucle la chanson d’Imany : « Stop ! Try again ! ».

Sept.

Sept fois avec mes émotions bouillonnantes. Au huitième jour, je comprends pourquoi. Merci mon Etre Intérieur car ton centre d’énergie – le Nabhi – insiste pour me satisfaire, avoir la paix intérieure et faire attention à moi-même, en relation avec la Terre et avec les autres.

COMMUNICATION

Je fais l’effort de réaliser des actions pour et à partir de moi-même. Aurais-je des savoir-faire transférables ? Aurais-je le talent d’autodidacte ?

Matin : Bonjour la forêt. Je te salue Soleil. Et j’accomplis mon rituel d’éveil des énergies de mon Etre Intérieur.

Après-midi : Bonjour le Club House. Je te salue, toi, pareil à moi-même, qui écoute et entend. Tel des œufs à l’espoir de devenir féconds, j’identifie mes chances à transformer en savoir-faire : conteuse, jardinière et idées de créer des séries techniques de l’éveil, de la maîtrise et de l’utilisation de ma merveilleuse énergie.

SOIR : Je te salue FM. Je comprends mettre toujours la charrue avant les bœufs ! Avoir le culot de râler sur les autres et sur moi-même ! De souffrir d’injustice car incomprise de tous et de toutes et d‘abord de moi-même !

Alors oui, je suis une bourrine. Je navigue entre passion et baisse d’énergie, à la découverte de moi-même, pour une balade chez mon Etre Intérieur. Avec calme, je découvre, j’explore mes richesses intérieures, mes savoir-être et mes savoir-faire à répéter par des actes afin de les asseoir. Je me dois de les graver, afin d’avoir – à nouveau – l’espoir en tête, qu’un jour peut-être, je pourrais les mettre au service des autres, telles des clefs pour un « nouveau monde ».

Qu’il est bon d’écouter sa souffrance psychique ! Qu’il est heureux d’être hypersensible ! Maintenant je vous l’avoue : je vous espère, aussi.